( 18 juillet, 2018 )

L’HORLOGE ET LE FACTEUR

L’horloge du village a retenti huit fois,

Et comme il est d’usage il partira bientôt ;

Sa sacoche bouclée il reste le manteau

Puis l’écharpe à nouer pour protéger du froid.

Enfourchant son vélo il suit l’itinéraire,

Dédaignant les « allo ? », ses lettres bien rangées,

Vers tous les habitants fidèle messager

Il sait parler du temps, oubliant son horaire !

-

Mais ce qui l’intéresse le plus en vérité,

C’est surtout l’allégresse éclairant un visage,

La lettre qu’on caresse, signe d’intimité,

Le parfum d’un objet marquant à l’entourage

Que l’auteur du sujet trop loin du paysage

Vient un peu partager de sensibilité.

-

L’horloge du village vient de sonner midi,

On attend son passage aux fermes éloignées ;

Il distribue un pain ou de quoi se soigner,

Il enserre une main, un sourire dédie.

-

Ainsi, le bon facteur puisqu’il s’agit de lui,

Avec les mots du cœur disperse des missives,

Poésies et journaux, colis aux couleurs vives

Placés loin du fourneau sur un meuble qui luit.

-

Lors de sa progression il livre la tendresse,

De par sa profession acteur indispensable

Il tient conversation avec délicatesse ;

-

Espoir plus que témoin par sa nature affable,

Muni de parchemins et quelque bonne fable,

Il reviendra demain, présent à chaque adresse.  

Pas de commentaires à “ L’HORLOGE ET LE FACTEUR ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|